Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie Claire Tellier

Ce blogue est surtout fait à partir de traduction d'articles ou de sites qui sont censurés par les grands réseaux. Je consacre plusieurs heures par jour à lire des dizaines d'articles pour vous proposer les plus intéressants selon moi. Je mets toujours tous les liens. Les articles explorent différents points de vues qui ne sont pas nécessairement les miens. Je vous laisse seul juge.

Les décès dus au vaccin post-COVID ne sont pas autopsiés - pourquoi ?

Par 

Traduction MCT

Les décès dus au vaccin post-COVID ne sont pas autopsiés - pourquoi ?

(Natural News) Le docteur Jane Orient, directrice exécutive de l'Association des médecins et chirurgiens américains (AAPS), veut savoir pourquoi le système médical refuse de pratiquer des autopsies sur les corps des personnes décédées peu de temps après avoir été "vaccinées" contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19).

Toute l'année dernière, le gouvernement et les médias nous ont dit que chaque décès, quelle qu'en soit la cause, était dû au "covid". C'était avant que les "vaccins" ne fassent leur apparition, bien sûr.

Aujourd'hui, malgré les nombreuses preuves que les injections provoquent des maladies et des décès en masse, le système médical refuse de reconnaître ce fait et continue d'attribuer tous les décès au "covid".

Les responsables refusent systématiquement d'envisager que les vaccins contre la grippe de Fauci puissent propager les "variants" et provoquer la mort de certaines personnes en raison de divers effets secondaires connus. Et le Dr Orient veut des réponses.

"Des milliers de personnes en bonne santé meurent de façon inattendue, mais nos agences de santé publique nous assurent que leurs décès n'ont pas été causés par le vaccin COVID", écrit le Dr Orient dans un commentaire pour WND.

"Le nombre de décès post-vaccinaux a atteint près de 7 000, selon le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS). C'est le meilleur système que nous ayons, même s'il manque 90% ou plus des événements réels."

Le Dr Orient n'a vu qu'une seule autopsie post-injection réalisée jusqu'à présent.

Sur les dizaines de milliers de décès qui ont été signalés en lien avec les vaccins Trump, un seul dont le Dr Orient a connaissance impliquait une véritable autopsie, par opposition à un "certificat de décès" douteux et facilement manipulable.

Ce patient particulier n'avait reçu qu'une seule dose de l'injection d'ARNm de Pfizer et BioNTech et est décédé avant de recevoir la seconde. Bien qu'elle ait été testée "positive" à un faux test PCR pour le SRAS-Cov-2, cette personne ne présentait aucun signe réel d'infection.

En revanche, le corps d'une mère de famille de 45 ans, décédée de problèmes cardiaques et d'un gonflement du cerveau après avoir reçu l'injection, nécessaire pour qu'elle puisse commencer un nouveau travail à la Johns Hopkins University sera probablement pas autopsié, même s'il est évident qu'elle est morte à cause de l'injection.

"Il y aura des larmes et des fleurs, mais probablement pas d'autopsie - et pas de pause dans les injections exigées pour les mères et les mères potentielles si elles veulent travailler à JHU", déclare le Dr Orient.

Bien que le Dr Orient ait reçu sa formation médicale bien avant l'existence du scanner et de l'IRM, elle affirme qu'on attendait toujours d'elle et de ses collègues qu'ils tentent de poser un diagnostic précis pour chaque patient. Ce n'est plus le cas à l'ère du virus chinois.

"Nous devions appeler le médecin légiste, qui décidait si une autopsie était indiquée", dit-elle. "Tout ce qui pouvait être lié au décès, comme les flacons de pilules, constituait une preuve".

"Si une injection avait été faite, on récupérait si possible le flacon. Avec les vaccins, on est censé enregistrer le numéro de lot, il serait donc possible de vérifier qu'un échantillon ne contient pas de contaminants."

Comparez cela à la situation actuelle, où les personnes qui meurent dans un accident de voiture ou d'une blessure par balle sont répertoriées dans les registres officiels comme des "décès dus à la covid". Nous sommes entrés dans l'ère de l'enfer des pseudosciences, où rien n'est réel, tout est faux, et la plupart des gens s'en accommodent comme si tout allait bien.

"Malheureusement, les taux d'autopsie sont passés de 25 % à moins de 5 % au cours des quatre dernières décennies", déplore le Dr Orient, qui note qu'une fois de plus, l'argent joue un rôle énorme dans le processus de décision. "Cela n'a jamais été un producteur de revenus pour personne, sauf pour les avocats spécialisés dans les fautes professionnelles".

Vous trouverez d'autres nouvelles liées à la tromperie entourant les injections de coronavirus de Wuhan (Covid-19) sur le site ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article :

WND.com

NaturalNews.com

Source

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article