Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie Claire Tellier

Ce blogue est surtout fait à partir de traduction d'articles ou de sites qui sont censurés par les grands réseaux. Je consacre plusieurs heures par jour à lire des dizaines d'articles pour vous proposer les plus intéressants selon moi. Je mets toujours tous les liens. Les articles explorent différents points de vues qui ne sont pas nécessairement les miens. Je vous laisse seul juge.

Si la protéine Spike facilite l'entrée d'un coronavirus à gain de fonction dans les cellules, alors pourquoi sommes-nous contraints de nous soumettre à des vaccins générant une protéine Spike ?

Par Bill Sardi

Traduction MCT

Si la protéine Spike facilite l'entrée d'un coronavirus à gain de fonction dans les cellules, alors pourquoi sommes-nous contraints de nous soumettre à des vaccins générant une protéine Spike ?

Parfois, l'évidence nous échappe.

Nous avons tous vu des séquences filmées montrant de multiples tirs frappant le cou et la tête du président John F. Kennedy dans une attaque frontale, et une partie de sa tête projetée sur le coffre de sa limousine ouverte, mais l'histoire raconte qu'un tireur derrière le véhicule en mouvement du président, muni d'un fusil rudimentaire sans viseur, était l'assassin solitaire.

Des avions commerciaux ont été détournés à partir de 7h59 du matin et ont dévié de leur trajectoire le 11 septembre 2001.  Ils ont frappé les tours du World Trade Center près d'une heure plus tard et aucun système radar ne les a détectés ou n'a alerté les militaires en temps voulu.  Ensuite, Le bâtiment 7 a été " détruit " et est tombé alors que des explosifs auraient dû être placés avant l'événement pour le faire. Ne posez pas de questions !  Acceptez l'interprétation officielle de ces événements.

La réalité

Donc, on dit au public que la protéine spike est ce qui facilite l'entrée d'un virus muté par gain de fonction, créé en laboratoire, dans les cellules vivantes des poumons, donc les vaccins à protéine spike sont développés pour faire quoi ?  Favoriser l'entrée des virus dans les cellules ?

Alors, pourquoi le public est-il surpris d'apprendre que les personnes vaccinées contre le COVID-19 sont infectées à plusieurs reprises, ce qui est attribué à une variante mutée.  75% des nouveaux cas de COVID-19 à Singapour ont déjà été vaccinés.   Mais la protéine spike facilite l'entrée de tous les virus, quelle que soit la souche virale.

La panique se déplace du virus au vaccin

La pandémie s'est déplacée du virus au vaccin. La protéine de pointe elle-même est maintenant la maladie.  Elle attaque les vaisseaux sanguins, indique un rapport publié dans la revue médicale Circulation Research.

"Trompe-moi une fois, honte à toi.  Trompe-moi deux fois, honte à moi."
Président George W. Bush

Alors  que 40 trillions de particules d'ARN sont injectées dans le muscle deltoïde du bras, certaines se retrouvent dans la circulation sanguine et reprogramment les cellules de la paroi des artères pour qu'elles produisent perpétuellement la protéine spike.  Les vaccinés ont maintenant une usine de protéines de pointe ARN/ADN génétiquement programmée à l'intérieur de leurs petites artères, qui produira sans cesse des protéines de pointe et facilitera la formation de micro-caillots sanguins.

Le doigté des anti-vaxxers

Quelques courageux mécontents qualifient les vaccins d'armes biologiques et sont identifiés et mis au pilori dans le tribunal de l'opinion publique en tant que "La douzaine d'anti-vaxxers" qui répandent des canulars sur les vaccins.  Mais des chercheurs crédibles de Médecins pour l'éthique Covid qualifient les vaccins ARN/ADN COVID-19 de "désastre médical sans précédent" et demandent que les essais du "vaccin toxique" soient considérés comme un "crime contre la société" et soient interrompus.

La médecine moderne est dans le déni

La médecine moderne répond que le risque de formation de caillots sanguins par le virus est plus important que celui produit par les vaccins et que le risque est donc justifié.  Mais des jeunes gens en bonne santé se font vacciner et leurs proches sont appelés pour identifier leur corps à la morgue.  Cela ne devrait jamais être le cas.  Peut-être que l'immunité naturelle, qui s'avère plus sûre et plus efficace que l'immunité induite par les vaccins, devrait être une politique publique.  Mais les médecins et les politiciens sont trop attachés aux vaccins.  L'arrêt de la vaccination entraînerait la chute de Wall Street et la perte de contrôle de la population par les politiciens.  Ce qui se passe n'est pas une erreur médicale massive, cela ressemble de plus en plus à un crime.

Le commerce de l'anxiété

Les médias d'information ont délibérément provoqué la panique au sein de la population pour augmenter leur taux d'audience.  Les Centers for Disease Control révèlent que l'anxiété est le deuxième plus important facteur contribuant au décès par COVID-19, derrière l'obésité.  Les Américains anxieux ont 28% plus de risques de mourir du COVID-19.

Les médecins parlent d'accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques majeurs, et non de micro-caillots, qui sont rares (quelques cas parmi un million de vaccins).  Mais le doute sur la sécurité des vaccins s'insinue dans la littérature médicale.  Une revue médicale publie un rapport intitulé "Thrombocytopénie thrombotique induite par un vaccin : Le chapitre ombragé d'une histoire à succès".

La pression sociale monte contre les non-vaccinés

Les 80 millions d'Américains stupides et vaccinés s'en prennent maintenant à ceux qui ne le sont pas, chasse aux sorcières que cet auteur a prédit il y a des mois. Mais maintenant, comment informer des millions d'Américains qu'ils ont été trompés ?  Leur vie est en danger.  C'est tellement inquiétant que lorsqu'il est confronté à cette information, l'auteur reçoit des messages "supprimez-moi de votre liste de diffusion".  C'est peut-être trop difficile à supporter.  Surtout pour les Américains qui ne se doutent de rien et qui craignent plus cette escroquerie que leur propre gouvernement.  Beaucoup de nuits blanches en perspective pour les Américains vaccinés.  Mais il existe un moyen de s'en sortir.  Continuez à lire.

Le problème des caillots sanguins ne va pas disparaître

Un cardiologue affirme que le problème de caillot sanguin va continuer, que l'hypertension artérielle va d'abord s'installer et que, trois ans plus tard, le vacciné succombera à une insuffisance cardiaque du côté droit.  D'autres organes et tissus subiront le même sort.  Peut-on appeler ces vaccins ARN/ADN autrement que des armes biologiques ?

La photographie de trous littéralement percés dans des cellules vivantes saines par les anticorps maintenant produits pour contrer la protéine spike.  Cette attaque des anticorps est plus forte après les rappels.   C'est une bonne idée de ne pas faire ces rappels si vous ne les avez pas déjà reçus.

Si la protéine Spike facilite l'entrée d'un coronavirus à gain de fonction dans les cellules, alors pourquoi sommes-nous contraints de nous soumettre à des vaccins générant une protéine Spike ?

Vaccinés : et maintenant ?

Si les masses vaccinées attendent qu'un problème circulatoire se produise, il sera probablement trop tard.  Même la médecine moderne ne peut pas utiliser en toute sécurité l'héparine à action rapide comme anticoagulant pour dissoudre les caillots, car elle peut provoquer de nouvelles hémorragies.  Que faire ?

Prophylaxie : enzyme d'ananas

Tout d'abord, chaque personne vaccinée devrait prendre des mesures prophylactiques.  Le moyen le plus simple serait d'utiliser des enzymes pour décomposer la protéine spike en inhibant sa liaison aux cellules. L'enzyme de l'ananas, la bromélaïne, a été utilisée avec succès pour inhiber l'infection par le COVID-19, mais elle a une double action pour briser les caillots et bloquer la protéine spike.  La bromélaïne a été associée à un antioxydant disponible dans le commerce (NAC - N acetyl cysteine) pour inactiver la protéine spike.  L'enzyme et l'antioxydant agissent en synergie et doivent être utilisés ensemble.   (Il n'est pas étonnant que la FDA ait récemment tenté d'interdire la NAC.) Les deux sont largement disponibles dans les magasins de santé.

La nattokinase est une enzyme à action prolongée qui est également largement disponible (fonctionne jusqu'à 8-12 heures) et est supérieure, à certains égards, aux médicaments anticoagulants.

Un autre perturbateur de la protéine de pointe est le resvératrol, une molécule du vin rouge.  Le resvératrol est déjà largement connu comme un anticoagulant qui prévient les crises cardiaques de type caillot dans les artères coronaires et est considéré comme un antidote primaire contre le COVID-19.  Le resvératrol exerce de fortes propriétés de liaison à la protéine de pointe qui dépasse celle de l'hydroxychloroquine, un médicament très connu utilisé dans le même but.   La fisétine, une autre molécule naturelle que l'on trouve couramment dans les fraises, s'est avérée avoir la plus forte activité de liaison à la protéine spike, bloquant ainsi l'entrée de la protéine spike dans les cellules.  Le resvératrol s'est avéré supérieur au ptérostilbène, son cousin moléculaire, dans la perturbation de la protéine spike.

Représentation graphique de l'arrimage moléculaire de RESVERATROL à la protéine spike, perturbant ainsi l'entrée de la protéine spike dans les cellules. Source : Journal Biomolecular Structure & Dynamics, volume 39, n° 9, page 3225, 2021.

Représentation graphique de l'arrimage moléculaire de RESVERATROL à la protéine spike, perturbant ainsi l'entrée de la protéine spike dans les cellules. Source : Journal Biomolecular Structure & Dynamics, volume 39, n° 9, page 3225, 2021.

Source: Journal Biomolecular Structure & Dynamics,

Que faire lorsque de nouvelles variantes apparaissent ?

Selon un rapport scientifique publié dans Current Opinion In Food Science (volume 32, page 149, 2020), "les thérapies telles que les vaccins peuvent perdre leur efficacité si le virus mute et modifie son antigénicité.  Par conséquent, les médicaments qui ciblent les récepteurs viraux de la cellule hôte (ACE2), une porte permettant aux protéines spike et aux virus eux-mêmes de pénétrer dans les cellules, peuvent améliorer la réponse immunitaire et ont un fort potentiel."

Le resvératrol bloque toutes les voies connues de l'infection par le COVID-19.  A noter : si l'huile de poisson et l'ail inhibent la coagulation du sang via l'inhibition des plaquettes sanguines collantes, ils ne traitent pas les caillots sanguins de fibrine que l'on retrouve chez les patients atteints de COVID-19. L'enzymothérapie et/ou le resvératrol aident à dissoudre les caillots de fibrine. S'il a été démontré que le resvératrol protège les cellules endothéliales très vulnérables qui tapissent l'intérieur des artères, les doses excessives (500-1000+ milligrammes) de resvératrol sont contre-productives. Dans une boîte de laboratoire, le resvératrol n'a pas nui aux cellules saines mais a inhibé la croissance des cellules infectées par le COVID-19 de 98%

Test D-dimer

Si les Américains vaccinés veulent savoir s'ils sont vraiment à risque de problèmes de coagulation du sang, ils peuvent demander à leur médecin un test D-dimer, qui indique les problèmes de coagulation récents.  Les survivants du COVID-19 ont un taux de D-dimères dix fois plus faible que les non-survivants. Les personnes en bonne santé ont un taux de D-dimères inférieur à 0,5 microgramme/millilitre de sang.

Vous pouvez tromper toutes les personnes une partie du temps,
et certaines personnes tout le temps,
mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps.

Les Américains vaccinés sont invités à faire pression sur leurs amis et leur famille non vaccinés.

Les vaccinés sont en campagne, poussés par les médecins et les politiciens, pour inciter, faire pression et même forcer les non-vaccinés à se faire vacciner avec un vaccin à base de protéines de pointe.  Vous pourriez remettre à vos amis et proches vaccinés une copie de ce rapport et les avertir qu'ils ont été induits en erreur et qu'ils doivent prendre des mesures pour éviter les problèmes prévus.

Source

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article