Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie Claire Tellier

Ce blogue est surtout fait à partir de traduction d'articles ou de sites qui sont censurés par les grands réseaux. Je consacre plusieurs heures par jour à lire des dizaines d'articles pour vous proposer les plus intéressants selon moi. Je mets toujours tous les liens. Les articles explorent différents points de vues qui ne sont pas nécessairement les miens. Je vous laisse seul juge.

L'empire du mensonge s'effondre : les horribles vérités que l'État profond veut garder cachées

Par John W. Whitehead & Nisha Whitehead
The Rutherford Institute

Traduction MCT

L'empire du mensonge s'effondre : les horribles vérités que l'État profond veut garder cachées

"Le monde est un endroit dangereux, non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et ne font rien" - Albert Einstein

L'Amérique s'effondre.

Cet effondrement - déclenché par une politique de cirque polarisée, une hystérie de masse alimentée par les médias, le racisme, le classisme, le fascisme, l'alarmisme, le politiquement correct, l'assainissement culturel, l'affichage de la vertu, un sentiment de désespoir et d'impuissance face à la corruption et à la brutalité croissantes du gouvernement, une fracture économique croissante qui fait qu'une grande partie de la population lutte pour s'en sortir, et la militarisation et le militainment (la vente de la guerre et de la violence comme divertissement) - se manifestent par la folie, le chaos et un mépris total pour les principes et les libertés qui nous ont permis d'échapper aux griffes du totalitarisme pendant si longtemps.

À New York, par exemple, une statue vieille de 200 ans représentant Thomas Jefferson tenant la Déclaration d'indépendance sera retirée de la salle du conseil municipal où elle préside depuis 1915. Malgré les nombreuses réalisations importantes de Jefferson, sans lesquelles nous n'aurions peut-être pas les droits que nous avons aujourd'hui, il sera banni pour avoir été, comme beaucoup de gens de son époque, un esclavagiste. Curieusement, cette même attente brutale d'infaillibilité n'a pas encore été appliquée à de nombreux autres modèles politiquement corrects, mais tout aussi imparfaits et faillibles, de notre époque.

À Washington, un tribunal composé de neuf hommes et femmes s'est exprimé d'une seule voix pour affirmer que le gouvernement et ses sbires peuvent littéralement s'en tirer avec un meurtre. et ne pas être tenus responsables de leurs méfaits. Les derniers arrêts de la Cour suprême sont une nouvelle douloureuse leçon de conformité, un rappel que dans l'État policier américain, "nous, le peuple", sommes à la merci des agents des forces de l'ordre qui ont une discrétion quasi absolue pour décider qui est une menace, ce qui constitue une résistance et la sévérité avec laquelle ils peuvent traiter les citoyens qu'ils ont été nommés pour "servir et protéger".

Dans tout le pays, de la Californie au Connecticut, en passant par toutes les régions intermédiaires, des hommes et des femmes qui ont travaillé fidèlement et assidûment pendant des années sont licenciés pour avoir osé croire qu'ils ont droit à l'intégrité corporelle, qu'ils ne devraient pas être contraints, contre leur conscience ou leur jugement, de choisir entre la liberté individuelle et la survie économique, et qu'ils - et non le gouvernement, la FDA, le CDC ou l'État-entreprise - ont la maîtrise de leur corps. Comme par hasard, cette pandémie de COVID-19 a créé un autre double standard dans la façon dont "nous, le peuple", naviguons dans ce pays : alors que "nous, les classes moyennes", sommes soumis à des mandats de vaccination et qu'on nous refuse même le droit d'être sceptiques quant aux origines du virus COVID, sans parler de l'efficacité du soi-disant remède, le gouvernement, les entreprises et les sociétés pharmaceutiques ont été protégés de toute responsabilité par une immunité générale qui garantissent que nous ne sommes guère plus que des cobayes pour leurs expériences douteuses.

Et puis en Pennsylvanie, un homme voyageant dans un train de banlieue a harcelé, agressé puis violé une femme pendant 40 minutes et plus de deux douzaines d'arrêts de train, tandis que d'autres voyageurs, qui regardaient et filmaient l'attaque, ne faisait rien. Pas un seul témoin n'a appelé le 911. Pas un seul passant n'est intervenu pour aider la femme. Malgré le fait que l'homme était en infériorité numérique et qu'il aurait pu être submergé par les passagers du train, aucun effort collectif n'a été fait pour parer l'attaque. Ce n'est que lorsqu'il était trop tard, lorsque le mal était fait et que le train s'était arrêté à son dernier arrêt, que la police est apparue pour intervenir.

Il s'agit d'une allégorie de ce qui arrive à notre pays et à ses citoyens, qui ont également été attaqués par un fou (l'État profond), dépouillés de leurs filets de sécurité (leurs droits ont été sapés et érodés) et attaqués au grand jour par un monstre (l'État policier américain et ses nombreux agents - les tribunaux, les législatures et leurs diverses armées) dépourvu d'humanité, tandis que ceux qui ne sont pas dans la ligne de mire immédiate regardent en toute sécurité à distance sans faire un geste pour aider.

C'est de la folie, mais il y a une méthode à cette folie.

C'est ainsi que la liberté tombe et que la tyrannie s'élève.

N'oubliez pas que les régimes autoritaires commencent par des mesures progressives : surcriminalisation, surveillance de citoyens innocents, emprisonnement pour des crimes non violents et sans victime, etc. Petit à petit, les citoyens voient leurs libertés réduites et sapées au nom de la sécurité nationale. Et lentement, la population commence à se soumettre.

Personne ne prend la défense de ceux qui sont visés.

Personne ne résiste à ces actes mineurs d'oppression.

Personne ne reconnaît l'endoctrinement dans la tyrannie pour ce qu'il est.

Historiquement, cette incapacité à dire la vérité au pouvoir a eu pour conséquence de conditionner des populations entières à tolérer une cruauté inexprimée envers leurs semblables, un syndrome du spectateur dans lequel les gens restent silencieux et désengagés - de simples spectateurs - face à des horreurs et des injustices abjectes.

Le temps nous a protégés de la violence perpétrée par les régimes du passé dans leur quête de pouvoir : la crucifixion et le massacre d'innocents par les Romains, la torture de l'Inquisition, les atrocités des nazis, la boucherie des fascistes, le bain de sang des communistes et les machines de guerre à sang froid gérées par le complexe militaro-industriel.

Nous pouvons nous dissocier de cette violence. Nous pouvons nous convaincre que nous sommes en quelque sorte différents des victimes des abus du gouvernement. Nous pouvons continuer à débiter des discours politiques creux sur la grandeur de l'Amérique, malgré les preuves du contraire.

Nous pouvons éviter de prendre la responsabilité de demander des comptes au gouvernement.

Nous pouvons fermer nos lèvres, lier nos mains et fermer nos yeux.

En d'autres termes, nous pouvons continuer à exister dans un état de déni. Pourtant, on ne peut pas nier les vérités laides et dures qui deviennent plus évidentes chaque jour qui passe.

  1. Le gouvernement n'est pas notre ami. Il ne travaille pas non plus pour "nous, le peuple".
  2. Nos soi-disant représentants gouvernementaux ne nous représentent pas réellement, nous, les citoyens. Nous sommes maintenant dirigé par une élite oligarchique  d'intérêts gouvernementaux et corporatifs dont le principal intérêt est de perpétuer le pouvoir et le contrôle.
  3. Les républicains et les démocrates aiment agir comme s'il y avait une énorme différence entre eux et leurs politiques. Cependant, ils ne sont pas tant des ennemis jurés que des partenaires dans le crime, unis dans un objectif commun, qui est de maintenir le statu quo.
  4. Le moindre des deux maux reste le mal.
  5. Il y a quelques années, un titre de journal posait la question suivante : "Quelle est la différence entre un politicien et un psychopathe ?" La réponse, à l'époque et aujourd'hui, reste la même : aucune. Il n'y a pratiquement aucune différence entre les psychopathes et les politiciens.
  6. Plus que le terrorisme, plus que l'extrémisme intérieur, plus que la violence armée et le crime organisé, le gouvernement américain est devenu une plus grande menace pour la vie, la liberté et la propriété de ses citoyens que n'importe lequel des soi-disant dangers dont il prétend nous protéger.
  7. Le gouvernement sait exactement sur quels boutons appuyer pour manipuler la population et obtenir sa coopération et sa conformité.
  8. Si voter faisait une différence, ils ne nous laisseraient pas le faire.
  9. Le gouvernement fantôme de l'Amérique - qui est composé de bureaucrates non élus, de sociétés, d'entrepreneurs, de gratte-papiers et de presse-boutons qui mènent la barque dans les coulisses en ce moment même et qui opèrent en dehors de la Constitution sans avoir à rendre de comptes aux citoyens - est la vraie raison pour laquelle "nous, le peuple", n'avons aucun contrôle sur notre gouvernement.
  10. Vous n'avez plus besoin d'être pauvre, noir ou coupable pour être traité comme un criminel en Amérique. Il suffit d'appartenir à la classe des suspects - c'est-à-dire aux citoyens - de l'État policier américain. En tant que membre de facto de cette classe dite criminelle, tout citoyen américain est désormais coupable jusqu'à preuve du contraire.
  11. "Nous, le peuple", ne sommes plus protégés par la règle de droit. En rognant progressivement nos libertés - liberté d'expression, de réunion, de procédure, de vie privée, etc. - le gouvernement s'est, en fait, libéré de son engagement contractuel à respecter nos droits constitutionnels, tout en remettant le calendrier à une époque où nous n'avions pas de Déclaration des droits pour nous protéger du bras long du gouvernement.
  12. La propriété privée ne signifie rien si le gouvernement peut s'emparer de votre maison, de votre voiture ou de votre argent sous le plus léger des prétextes, qu'il s'agisse de programmes de confiscation d'actifs, d'expropriation ou d'impôts fonciers impayés. De même, la propriété privée ne signifie pas grand-chose à une époque où des équipes d'intervention et d'autres agents gouvernementaux peuvent envahir votre maison, enfoncer vos portes, tuer votre chien, vous blesser ou vous tuer, endommager votre mobilier et terroriser votre famille.
  13. Nous nous trouvons maintenant dans la ligne de mire d'une épreuve de force entre les droits de l'individu et l'État dit "d'urgence", et "nous, le peuple", sommes en train de perdre.
  14. Toutes les libertés que nous chérissons - celles qui sont inscrites dans la Constitution, celles qui affirment notre droit à la liberté d'expression et de réunion, à une procédure régulière, à la vie privée, à l'intégrité physique, le droit de ne pas voir la police saisir nos biens sans mandat, ou nous fouiller et nous détenir sans cause probable - n'ont aucune valeur lorsque le gouvernement et ses agents sont autorisés à ignorer à volonté ces interdictions d'ingérence gouvernementale.
  15. S'il existe une maxime absolue selon laquelle le gouvernement fédéral semble fonctionner, c'est que le contribuable américain se fait toujours avoir.
  16. Nos libertés - en particulier le quatrième amendement - continuent d'être étouffées par l'opinion dominante parmi les bureaucrates du gouvernement, selon laquelle ils ont le droit de fouiller, de saisir, de déshabiller, de scanner, d'espionner, de sonder, de tapoter, d'utiliser le Taser et d'arrêter n'importe quel individu à tout moment et pour la moindre provocation.
  17. Vaccinations forcées, fouilles corporelles forcées, coloscopies forcées, prises de sang forcées, tests d'alcoolémie forcés, extractions d'ADN forcées, scanners oculaires forcés, inclusion forcée dans des bases de données biométriques : ce ne sont là que quelques exemples de la manière dont on continue à rappeler aux Américains qu'ils n'ont aucun contrôle sur ce qui arrive à leur corps lors d'une rencontre avec des fonctionnaires.
  18. Enfin, la liberté n'est jamais gratuite. Il y a toujours un prix - toujours un sacrifice - à payer pour sauvegarder ses libertés.

Nous ne pouvons pas rester silencieux face aux dépassements, aux prises de pouvoir et aux crimes contre l'humanité du gouvernement.

Le mal déguisé en bureaucratie reste le mal. En effet, c'est ce que Hannah Arendt appelait la banalité du mal.

Comme je l'explique clairement dans mon livre Battlefield America : The War on the American People et dans son pendant fictionnel The Erik Blair Diaries, ce mal se produit lorsque des bureaucrates (gouvernementaux et d'entreprise) exécutent sans broncher des ordres immoraux et inhumains, obéissent sans réfléchir à des instructions immorales, marchent au pas avec des tyrans, perpétuent sans réfléchir des actes de terreur et d'inhumanité et justifient tout cela en disant qu'ils ne font que "faire leur travail".

Un tel mal prévaut lorsque les hommes et les femmes de bien ne font rien.

En ne faisant rien, en gardant le silence, en étant spectateur de l'injustice, de la haine et des actes répréhensibles, les bonnes personnes deviennent aussi coupables que les auteurs de ces actes.

Il existe un terme pour désigner ce phénomène où les gens restent là, à regarder et à ne rien faire - même lorsque leur sécurité n'est pas menacée - pendant qu'un acte horrible se produit (quelqu'un est agressé, violé, maltraité ou laissé à l'abandon) : c'est l'effet spectateur.

Ce phénomène fonctionne de la même manière, qu'il s'agisse d'enfants qui regardent des brutes tourmenter un camarade dans une cour de récréation, de passants qui regardent quelqu'un mourir sur un trottoir, de passagers d'un train qui voient un autre voyageur se faire violer sans intervenir, ou de citoyens qui gardent le silence face aux atrocités commises par leur gouvernement.

Nous devons cesser d'être des spectateurs silencieux.

Il est temps de défendre la vérité, la justice et la liberté, non seulement pour nous-mêmes mais pour toute l'humanité. Demain, il sera peut-être trop tard.

Source

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article