Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie Claire Tellier

Ce blogue est surtout fait à partir de traduction d'articles ou de sites qui sont censurés par les grands réseaux. Je consacre plusieurs heures par jour à lire des dizaines d'articles pour vous proposer les plus intéressants selon moi. Je mets toujours tous les liens. Les articles explorent différents points de vues qui ne sont pas nécessairement les miens. Je vous laisse seul juge. Les articles peuvent contenir des déclarations qui reflètent l’opinion de l’auteur.

Le monde est devenu fou : Le syndrome de déréliction envers les vaccins

Par Vasko Kohlmayer

Traduction MCT

Le monde est devenu fou : Le syndrome de déréliction envers les vaccins

Vendredi dernier, le gouvernement du Royaume-Uni a commencé à administrer une quatrième injection de Covid à ses citoyens.

Cela fait donc quatre injections de Covid en à peine 11 mois.

Par conséquent, vous pouvez désormais rencontrer des quadruples vaccinés en vous promenant en Angleterre.

Cette quatrième injection n'est cependant pas la dernière. Apparemment, il y en a beaucoup d'autres à venir.

Le gouvernement britannique recommande désormais aux personnes de 18 ans et plus de se faire vacciner tous les trois mois.

Ce n'est pas une blague. Regardez le ministre britannique de la santé transmettre solennellement cette nouvelle au Parlement.

On pourrait penser que le gouvernement britannique agit ainsi parce que ces vaccins sont efficaces, mais c'est en fait le contraire qui se produit.

Pays hautement vacciné avec un taux d'inoculation de 70 %, la Grande-Bretagne souffre de poussées de Covid.

Pire encore, les vaccinés tombent gravement malades et meurent à des taux plus élevés que les non-vaccinés. Quatre-vingt pour cent des hospitalisations et des décès au Royaume-Uni ont récemment concerné les personnes doublement et triplement vaccinées.

L'incapacité des doses multiples de vaccins Covid à protéger la population britannique du Covid 19 ne pourrait être plus évidente.

Et pourtant, le gouvernement britannique a l'intention de continuer à faire la même chose.

Pourquoi accepterait-on une quatrième injection de la part des mêmes personnes qui ont déjà administré trois injections qui n'ont pas fonctionné ?

Vous souvenez-vous encore quand on nous a dit que les injections étaient efficaces à 95% ? On nous disait que si nous les prenions, nous serions en sécurité et retrouverions nos vies.

Eh bien, comment ça s'est passé pour nous ?

Quelqu'un a défini la folie comme le fait de faire la même chose encore et encore en s'attendant à des résultats différents.

Selon cette définition, le gouvernement britannique est devenu fou.

Incroyablement, ce gouvernement est dirigé par des soi-disant conservateurs qui sont censés être les raisonnables, contrairement, vous savez, à ces fous de gauchistes éveillés.

Pour leur part, ces "conservateurs" font semblant de rester calmes et mesurés dans cette affaire. La semaine dernière, Oliver Dowden, co-président du parti conservateur, a affirmé que le gouvernement ne souhaitait pas rendre les vaccins obligatoires. Il a ensuite ajouté qu'il n'y aurait pas d'obligation de vacciner si les gens prenaient leurs rappels volontairement.

L'homme a vraiment dit cela, et il ne plaisantait pas. Voici ce qu'il a dit : "Ce n'est pas quelque chose [d'obligatoire] que nous voulons ou que nous prévoyons de faire au Royaume-Uni... tant que les gens, lorsqu'ils sont appelés, font le rappel."

Les Britanniques qui ne souhaitent pas se faire vacciner pour l'instant peuvent être très rassurés : leur gouvernement ne les obligera pas à se faire vacciner tant qu'ils accepteront de le faire de leur propre gré.

Jusqu'à présent, la plupart des gens avaient à peu près fini de se faire vacciner à l'âge de 16 ans environ. Désormais, ils sont censés se faire vacciner quatre fois par an.

La folie d'inoculer des adultes en bonne santé tous les trois mois devrait être évidente pour tous. Plus étonnant encore, cette vaccination fréquente et apparemment pérenne est faite contre une seule et même maladie.

Il se trouve que cette maladie a également un taux de survie de plus de 99,6 % pour les personnes de moins de 70 ans. Le taux de survie des personnes actives en bonne santé et en âge de travailler est encore plus élevé.

Quoi qu'il en soit, il ne s'agit pas d'un programme de vaccination sain. C'est de la folie pure dans un monde où les choses ont basculé.

Il est encore plus fou de vacciner les enfants contre cette maladie, car elle ne représente pratiquement aucune menace pour eux. Les chances qu'un enfant en bonne santé succombe à la Covid-19 sont près de trois fois inférieures à celles d'être frappé par la foudre. Et il s'agit là d'une estimation prudente.

Selon une étude récente menée en Allemagne, aucun enfant allemand en bonne santé, âgé de 5 à 18 ans, n'est mort du Covid au cours des 15 premiers mois de la pandémie. C'est dire à quel point le Covid a été dangereux pour les enfants.

Et pourtant, le gouvernement britannique a l'intention de vacciner les enfants comme tout le monde.

Mais le gouvernement britannique n'est pas le seul à avoir perdu la raison. De nombreux autres gouvernements ont fait de même, forçant les gens à recevoir des injections qui ont manifestement échoué.

En Autriche - un pays dont le taux de vaccination est de 65 % et qui connaît des poussées record de Covid - ils ont imposé un verrouillage des personnes non vaccinées et prévoient de rendre les injections de Covid obligatoires à partir de février de l'année prochaine.

La sanction proposée pour le non-respect de cette obligation est une amende de 3 600 euros ou un mois de prison.

Telle est la punition prévue pour ceux qui ne se soumettent pas à cette injection inefficace et dangereuse.

Un certain nombre d'autres pays européens envisagent des mesures similaires.

En Europe, comme ailleurs dans le monde, les campagnes de vaccination "réussies" - au cours desquelles la majorité de la population se fait vacciner - ont souvent été suivies de vastes épidémies de Covid

Dans un monde sain, ces gouvernements - voyant que les injections ne fonctionnent pas - cesseraient de les administrer.

Mais au lieu de faire ce qui est logique, les gouvernements font exactement le contraire : ils redoublent l'approche qui a échoué et s'orientent vers des mandats de vaccination.

Nous proposons d'appeler ce phénomène le syndrome de déréliction envers les vaccins (SDVC).

Le SCVC est une maladie qui affecte les responsables qui imposent les vaccins Covid à leurs concitoyens malgré les preuves évidentes de leur inefficacité.

Il y a encore un an, on aurait pu penser que le SCVC n'existait que dans un roman dystopique.

Aujourd'hui, c'est la réalité de nos vies.

Mais cela n'est peut-être pas si surprenant à une époque où les hommes biologiques sont appelés "femmes", où les émeutes destructrices sont appelées "protestations essentiellement pacifiques" et où la vérité est appelée "désinformation".

Notre monde est vraiment devenu la Quatrième Dimension. (Twilight Zone)

Source

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article