Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie Claire Tellier

Ce blogue est surtout fait à partir de traduction d'articles ou de sites qui sont censurés par les grands réseaux. Je consacre plusieurs heures par jour à lire des dizaines d'articles pour vous proposer les plus intéressants selon moi. Je mets toujours tous les liens. Les articles explorent différents points de vues qui ne sont pas nécessairement les miens. Je vous laisse seul juge. Les articles peuvent contenir des déclarations qui reflètent l’opinion de l’auteur.

Le pire qui puisse arriver

Par Bill Sardi

Traduction MCT

Le pire qui puisse arriver

Appel à la suspension de la vaccination contre le Covid-19 après la découverte d'une protéine de pointe dans le noyau de cellules vivantes

Des pilules de resvératrol pourraient sauver les vaccinés

L'horreur des horreurs est arrivée.  La protéine spike produite par les vaccins à ARN injectés a été découverte dans le noyau de cellules vivantes et peut affaiblir la réponse immunitaire humaine et altérer l'immunité.

Plus de 4 milliards de personnes vaccinées par Covid-10 sur terre  feraient mieux de se mettre à la recherche de la molécule de vin rouge resvératrol aujourd'hui, si l'on en croit la nouvelle selon laquelle les vaccins ARN Covid-19, qui programment la protéine spike pour qu'elle pénètre dans le cytoplasme aqueux des cellules, se sont maintenant avérés "localisés dans le noyau des cellules" et inhibent la réparation de l'ADN, entravant ainsi la réponse immunitaire adaptative humaine.

À ce stade, la seule façon d'inverser le problème est de consommer du  resvératrol, une molécule du vin rouge, qui a été documenté pour contrer la transcriptase inverse. l'enzyme qui facilite l'entrée de la protéine spike dans le centre génétique nucléaire des cellules vivantes.

Cette catastrophe génétique est rapportée dans un numéro récent de la revue Viruses.

Les personnes immunisées ont reçu des garanties erronées

Les personnes immunisées ont reçu l'assurance que l'ARN de la protéine spike ne pouvait pas entrer dans le noyau des cellules pour reprogrammer la cellule.  Si les dommages à l'ADN ne peuvent pas être correctement réparés, ils contribueront à l'amplification de la pathologie induite par l'infection virale.  Alors que les protéines du virus Covid-19 sont synthétisées dans le cytoplasme aqueux, certaines protéines virales sont désormais détectables dans le noyau de la cellule.  La découverte de la protéine spike dans le noyau a été une surprise.

L'immunité adaptative, qui se déclenche quelques jours après l'infection initiale, produit les anticorps et les lymphocytes T à mémoire qui confèrent une immunité à long terme.

Les chercheurs affirment que "nos résultats prouvent que la protéine spike détourne la réparation des dommages de l'ADN". dans un boîte de laboratoire.

Ces scientifiques suggèrent de reconsidérer les sous-unités de la protéine spike plutôt que la protéine spike complète, qui est ce que les vaccins Covid-19 actuels délivrent, afin de contourner cet inconvénient potentiellement délétère des vaccins actuels.

Prévu par les scientifiques du MIT

Stephanie Seneff et Greg Nigh du MIT ont mis en garde en mai 2021 contre la possibilité que l'ARN injecté soit incorporé dans l'ADN pour une transmission transgénérationnelle.  Cela signifie que les personnes vaccinées pourraient transmettre la protéine spike à leur progéniture. 

Le rapport de mauvais augure des chercheurs du MIT a été publié dans l'International Journal of Vaccine Theory, Practice and Research.

La précipitation à produire ces vaccins ARN Covid-19, pour un virus qui s'est avéré n'être pas plus mortel ou infectieux que le rhume ou la grippe, a provoqué cette catastrophe génétique.  Les efforts déployés par les politiciens pour s'attirer les faveurs du public en se précipitant sur le marché se sont retournés contre eux.  Qui va prendre le blâme politique maintenant ?

Les chercheurs de 2011 ont montré que d'autres protéines des coronavirus étaient capables de se déplacer dans le noyau des cellules.

Seneff et Nigh ont écrit : "On a prétendu que les vaccins à base d'ARNm sont plus sûrs que les vaccins à vecteur ADN qui fonctionnent en incorporant le code génétique de la protéine antigénique cible dans un virus à ADN, parce que l'ARN ne peut pas être incorporé par inadvertance dans le génome humain. Il est désormais indiscutable qu'il existe une grande classe de virus, appelés rétrovirus, qui portent des gènes permettant la transcription inverse de l'ARN en ADN complémentaire.

Les vaccins expérimentaux à base d'ARN, bien qu'ayant été "annoncés pour leurs avantages potentiels, ils comportent également la possibilité de conséquences imprévues potentiellement tragiques et même catastrophiques", écrit le Dr Seneff.  Ces préoccupations sont potentiellement graves et pourraient ne pas être évidentes avant des années, voire plusieurs générations, dit-elle.

Seneff : "Les enjeux n'ont jamais été aussi élevés.  Un vaccin expérimental à ARN est en train d'être injecté à des milliards de personnes.  Étant donné la nature génétique de ces vaccins, les masses devront vivre avec les conséquences pour le reste de leur vie."

En août 2021, cet auteur a posé la question suivante  : "Les vaccins à ARN Covid-19 obtiendront-ils l'approbation de la FDA ou entraîneront-ils une énorme catastrophe ?"  Réponse : probablement les deux.

Le resvératrol, une molécule du vin rouge, en vertu de sa capacité à inhiber la transcriptase inverse, pourrait mettre un terme à ce danger biogénétique potentiel.

Addendum : Les FACT CHECKERS en ligne disent que NON, cette étude ne portait pas sur les vaccins Covid-19, mais sur le virus Covid-19.  Mais les développeurs des vaccins Covid-19 et les National Institutes of Health affirment avoir copié la séquence génétique de la protéine de pointe du Covid-19 pour fabriquer le vaccin, ce qui rend certainement cette étude de laboratoire pertinente.

L'idée de précipiter l'utilisation d'une technologie vaccinale entièrement nouvelle (ARN messager/ADN) à cause d'un virus prétendument muté contre lequel aucun humain n'était immunisé était totalement bidon.  Par exemple, les habitants de Taïwan présentaient une immunité due à une exposition antérieure à l'épidémie de coronavirus SRAS-2002, puisque les Taïwanais présentaient 80,0% d'anticorps à réaction croisée entre SARS (2003) et Covid-19 (2000).  En outre, les problèmes de recherche sur l'homme de ce type doivent être traités avec précaution et il convient de pécher par excès de précaution.

En outre, les vaccins Covid-19 ne confèrent pas d'immunité pour prévenir la transmission ou l'infectivité, mais réduisent seulement la mortalité et l'hospitalisation.  Cela rend les vaccins à ARN parfaits pour les entreprises pharmaceutiques - le traitement est perpétuel, mais il n'y a pas de guérison.

Les données de mortalité de la base de données VAERS révèlent plus de décès dus aux vaccins Covid-19 que tous les autres vaccins réunis. -B Sardi

Source

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article