Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie Claire Tellier

Ce blogue est surtout fait à partir de traduction d'articles ou de sites qui sont censurés par les grands réseaux. Je consacre plusieurs heures par jour à lire des dizaines d'articles pour vous proposer les plus intéressants selon moi. Je mets toujours tous les liens. Les articles explorent différents points de vues qui ne sont pas nécessairement les miens. Je vous laisse seul juge. Les articles peuvent contenir des déclarations qui reflètent l’opinion de l’auteur.

Un profil de courage : Robert F. Kennedy, Jr.

Par 

Traduction MCT

Un profil de courage : Robert F. Kennedy, Jr.

Le dicton fondamental pour comprendre les affaires humaines, suivez l'argent, peut également s'appliquer en sens inverse. C'est-à-dire que lorsque nous trouvons quelqu'un qui agit contre ses propres intérêts, nous pouvons accorder beaucoup plus de poids à son témoignage. C'est le cas de Robert Kennedy Jr. qui, avec son intelligence, son charisme, son apparence (tout comme son père) et son nom, aurait pu prétendre à un poste politique élevé. Pourtant, tel un poisson luttant pour remonter le courant dans les rapides, il a été le leader intrépide du mouvement contre les dangereuses politiques de vaccination aux États-Unis, ce qui lui a coûté richesse, pouvoir, amis influents et même relations familiales. C'est pour cette raison que je crois qu'une description de Kennedy (voir l'excellent Edward Curtin) est vraiment un profil de courage.

J'ai maintenant regardé de nombreuses heures d'interviews de Kennedy et lu son livre à succès The Real Anthony Fauci (TRAF) Full exposure, j'ai même fait un don à son organisation Children's Health Defense. Avant de commenter le livre lui-même, je vous présente mon point de vue sur son interprétation.

Mon opinion sur la famille Kennedy a été plutôt négative pendant la majeure partie de ma vie adulte. J'ai commencé à suivre la politique dans les années 80 et j'ai aimé le président Reagan. L'un de ses ennemis jurés était l'oncle de Robert Kennedy Jr, le sénateur Ted Kennedy. En tant que tel, j'avais tendance à absorber davantage les défauts de la famille Kennedy que les raisons de leur couronnement en tant que royauté américaine. Je parle de promiscuité sexuelle, du vol de l'élection présidentielle de 1960, de Chapaquidick, et en général du sens du privilège qui les plaçait au-dessus de la loi. Bien sûr, le titre de cet essai est un riff sur Profiles in Courage, le titre du livre de l'oncle de Kennedy, le président (alors sénateur) John F. Kennedy, qui a remporté le prix Pulitzer. Le fait qu'il ait gagné le prix pour un livre écrit par un fantôme (par son rédacteur de discours Ted Sorenson) était un autre point dans la création de ma vision négative de la famille.

Au cours des années qui ont suivi, ma vision du monde a été façonnée en grande partie par la lecture régulière de LRC. Pour donner une idée de la façon dont un lecteur de LRC pense, voici un court échange de SMS que j'ai eu avec un ami au tout début de la pandémie, à la fin du mois de mars 2020. En gros, je ne crois pas ce que le gouvernement me dit, surtout quand ma liberté est en jeu.

Un profil de courage : Robert F. Kennedy, Jr.

L'un des contributeurs les plus influents pour moi a été le docteur Donald W. Miller, Jr.

Non seulement il dit la vérité telle qu'il la comprend, mais il fait preuve d'une excellente perspicacité et sagesse. Par exemple, cet article sur la vitamine D est l'un des nombreux articles qui m'ont convaincu de la nécessité de prendre des suppléments. J'ai déménagé à Paris en 2006. Les hivers très sombres et le temps passé sur les quais de gare m'ont valu deux ou trois rhumes par saison. La vitamine D a réduit ce chiffre à un petit rhume tous les 2 ou 3 ans. L'article de Miller sur l'assassinat du président Kennedy reste dans ma mémoire comme convaincant en ce qui concerne la conspiration, mais m'a également fait réévaluer le président et sa famille. Peut-être qu'aucun président du 20ème siècle n'a entrepris une tâche plus importante et plus dangereuse que Kennedy en s'attaquant au complexe militaro-industriel, même si sa défaite finale entre leurs mains a été préjudiciable à pratiquement chaque être humain sur cette planète. De mon point de vue, Robert Jr. est venu distiller tout ce qui est grand dans son héritage familial en s'attaquant aux puissants avec un grand courage, rendant ses peccadilles négligeables.

Dans Illusions perdues, Balzac notait que "l'histoire est de deux sortes : il y a l'histoire officielle enseignée dans les écoles, une compilation mensongère ad usum delphini ; et il y a l'histoire secrète qui traite des causes réelles des événements - une chronique scandaleuse". TRAF sera pour la plupart une chronique scandaleuse de l'histoire secrète. Mais je peux dire que, imprégné par les nombreux écrivains de LRC, une grande partie de TRAF m'était bien connue. Néanmoins, j'ai eu la nausée métaphysique de lire cette chronique du mal bureaucratique.

Les principaux thèmes que Kennedy dissèque sont la mauvaise gestion (en grande partie par Fauci) de la pandémie de Covid, la mauvaise gestion et les controverses de la pandémie de VIH, le pillage par Fauci/Gates des nations sous-développées avec des vaccins mortels, et l'armement des vaccins par le complexe militaire/industriel/de renseignement pour apparemment inaugurer un gouvernement mondial totalitaire.

En ce qui concerne le Covid, Kennedy note de manière concise que "si la pandémie de COVID-19 a révélé quelque chose, c'est que les responsables de la santé publique ont fondé leurs nombreuses directives calamiteuses pour gérer le COVID-19 sur des croyances vacillantes et dénuées de science concernant les masques, les confinements, les taux d'infection et de mortalité, la transmission asymptomatique, ainsi que la sécurité et l'efficacité des vaccins, qui ont pris toutes les directions et ont semé la confusion, la division et la polarisation parmi le public et les experts médicaux." Plus loin dans le livre, Kennedy résout une énigme en expliquant pourquoi les gouvernements mondiaux ont tous fait les mêmes erreurs. Il explique de manière convaincante que c'est la longue série d'exercices de simulation organisés par Gates, Fauci et les services de renseignements qui a permis de garantir "une réponse coordonnée et uniforme de tous les gouvernements du monde".

TRAF explore l'utilisation du VIH par Fauci pour construire son empire : "Comme pour les sultans, les khans, les tsars, les monarques et les empereurs d'antan, le pouvoir du Dr Fauci découle de sa capacité à financer, armer, payer, entretenir et déployer efficacement une armée permanente importante et tentaculaire. Les NIH contrôlent à eux seuls un budget annuel de 42 milliards de dollars, principalement distribué sous forme de plus de 50 000 subventions soutenant plus de 300 000 postes dans le monde entier dans le domaine de la recherche médicale.97 Les milliers de médecins, d'administrateurs d'hôpitaux, de responsables de la santé et de virologistes de recherche dont les postes, les carrières et les salaires dépendent de l'argent du SIDA provenant du Dr Fauci, de M. Gates et du Wellcome Trust (version britannique de la Fondation Gates) sont les officiers et les soldats d'une armée mercenaire qui défend tous les vaccins et les doxologies du Dr Fauci sur le VIH/SIDA. L'ensemble du domaine de la virologie constitue le corps des janissaires du Dr Fauci - les guerriers d'élite qu'il peut rapidement rassembler sur chaque nouveau champ de bataille pour réaliser de nouvelles conquêtes et supprimer impitoyablement la rébellion, la dissidence et la résistance." Ce que l'expérience Covid devrait également nous apprendre, c'est que cette méthode de contrôle de "la science" s'applique également au climat, à l'économie, à l'agriculture, à la politique étrangère, à pratiquement tout ce dans quoi le gouvernement s'implique.

M. Kennedy a décrit son "intérêt pour l'Afrique qui a commencé dès l'enfance. J'ai parcouru le continent pendant six décennies et rencontré certains de ses dirigeants les plus visionnaires, notamment Tom Mboya, Jomo Kenyatta, Julius Nyerere et Nelson Mandela. Ces dirigeants anticoloniaux ont compris que la pauvreté est une conspiration complexe de maladies sociales, historiques, politiques, institutionnelles et techniques. La meilleure façon d'y remédier est le plus souvent de procéder à des essais et des erreurs à petite échelle, adaptés aux conditions locales. Les solutions optimales sont invariablement développées au niveau local, avec une participation régulière des habitants, une auto-évaluation disciplinée, une responsabilisation, des corrections de trajectoire fréquentes et beaucoup d'humilité de la part des administrateurs, des fonctionnaires et, surtout, des étrangers". Bien sûr, ces paroles de sagesse s'appliquent partout, tout le temps. Certains signes indiquent que Kennedy s'est éloigné du courant libéral pour devenir plus libertaire. Il a récemment pris la parole lors d'un événement de l'Institut Ron Paul et est apparu sur le Liberty Report.

"La "guerre mondiale" contre les maladies infectieuses a fourni la justification des interventions oppressives des gouvernements et des entreprises. L'arsenal de cette guerre est constitué des batteries sans fin de vaccins obligatoires pour combattre les maladies militarisées par des expériences de gain de fonction et commercialisées par une propagande sophistiquée du gouvernement et des entreprises." Une tactique courante de Fauci consistait à truquer les essais cliniques en les rendant très courts avant l'apparition d'effets indésirables, en créant un faux placebo comparé à un autre médicament qui n'est pas une substance inerte et, comme pour les vaccins Covid, en éliminant le groupe placebo en lui donnant le vaccin. J'ai trouvé des tactiques très similaires utilisées pour les médicaments de santé mentale que j'ai racontées avec mon frère dans notre livre sur la maniaco-dépression. En tant qu'ingénieur, j'ai souvent essayé de faire comprendre que ce sont les améliorations apportées à la distribution et au stockage des aliments, à l'approvisionnement en eau et au traitement des eaux usées qui ont réellement fait reculer le fléau des maladies infectieuses, et non les vaccins. Dans le contexte de la monomanie vaccinale de Fauci et Gates, Kennedy note que le célèbre éducateur médical et le plus grand virologue du monde, le Dr Herbert Kass de la Harvard Medical School, "a reconnu que les véritables héros de la santé publique n'étaient pas la profession médicale, mais plutôt les ingénieurs qui nous ont apporté les stations d'épuration, les chemins de fer, les routes et les autoroutes pour le transport des aliments, les réfrigérateurs électriques et l'eau chlorée."

La dernière partie du livre décrit le développement d'un super État de la biosécurité. "Après l'effondrement du bugaboo soviétique, le terrorisme islamique et la biosécurité ont supplanté le communisme comme justification d'une présence militaire et corporative américaine continue dans tout le monde en développement." Il a poursuivi la bataille historique de sa famille contre la CIA. "La CIA ne s'occupe pas de santé publique. Elle ne s'occupe pas de démocratie. La CIA fait des coups d'État." En outre, "Pratiquement tous les scénarios de planification des pandémies reposent sur des hypothèses techniques et des stratégies familières à quiconque a lu les célèbres manuels de guerre psychologique de la CIA, qui visent à briser les sociétés indigènes, à anéantir les liens économiques et sociaux traditionnels, à utiliser l'isolement imposé et la démolition des économies traditionnelles pour écraser la résistance, à favoriser le chaos, la démoralisation, la dépendance et la peur, et à imposer une gouvernance centralisée et autocratique". Enfin,

"Après vingt ans d'exercices de modélisation, la CIA - travaillant avec des technocrates médicaux comme Anthony Fauci et des magnats milliardaires de l'Internet - avait réussi le coup d'État ultime : quelque 250 ans après la révolte historique de l'Amérique contre une oligarchie et un régime autoritaire bien établis, l'expérience américaine de l'autonomie était terminée. L'oligarchie était restaurée, et ces messieurs et leurs maîtres espions avaient équipé la technocratie montante de nouveaux outils de contrôle inimaginables pour le roi George ou pour tout autre tyran de l'histoire." Tout au long de l'ouvrage, il cite des noms, comme dans un acte d'accusation de Nuremberg.

Quelques réserves. Je reconnais l'impératif de précipiter la publication de ce livre à " vitesse grand V ". J'ai lu le livre électronique, il n'y a pas d'index. En général, TRAF est bien écrit, cependant, à mon avis, il a besoin d'une révision approfondie.

Beaucoup de lecteurs auront connu des conflits à la maison en discutant de Covid. En lisant ce livre, j'ai souvent ressenti le désir ardent que tout le monde le lise, mais surtout ma femme. Pour en revenir à Balzac, "Ève était ravie ; elle et son mari étaient du même avis, et c'est là une des plus douces fleurs de l'amour ; car deux êtres humains qui s'aiment peuvent ne pas avoir le même esprit, ni la même vue de leurs intérêts". Tout compte fait, ce pourrait être le livre le plus important de notre époque.

Source

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article