Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie Claire Tellier

Ce blogue est surtout fait à partir de traduction d'articles ou de sites qui sont censurés par les grands réseaux. Je consacre plusieurs heures par jour à lire des dizaines d'articles pour vous proposer les plus intéressants selon moi. Je mets toujours tous les liens. Les articles explorent différents points de vues qui ne sont pas nécessairement les miens. Je vous laisse seul juge. Les articles peuvent contenir des déclarations qui reflètent l’opinion de l’auteur.

Trudeau se défend d'avoir invoqué la Loi sur les urgences alors que Bergen affirme que la justification " s'effondre ".

Trudeau se défend d'avoir invoqué la Loi sur les urgences alors que Bergen affirme que la justification " s'effondre ".

Par  Noé Chartier

Traduction MCT

À la suite des récentes révélations selon lesquelles ni la GRC ni la police d'Ottawa n'ont demandé au gouvernement fédéral d'invoquer la Loi sur les mesures d'urgence, la chef intérimaire conservatrice Candice Bergen a déclaré que l'argument des libéraux pour invoquer le décret " s'effondre très rapidement ".

Le premier ministre Justin Trudeau et le ministre de la Sécurité publique Marco Mendicino ont tous deux affirmé à plusieurs reprises que la loi avait été invoquée sur la base des conseils reçus des forces de l'ordre.

"Les libéraux ne disent tout simplement pas la vérité aux Canadiens. La Loi sur les mesures d'urgence était un excès de pouvoir de la part du premier ministre et d'un gouvernement en difficulté. Leur coup de force n'était qu'un autre exemple de la dissimulation libérale classique : nier et blâmer ", a déclaré M. Bergen pendant la période de questions à la Chambre des communes mercredi.

"Le temps est venu pour le premier ministre d'arrêter de répandre la désinformation, d'arrêter de cacher le fait que lui et ses ministres n'avaient aucune raison valable d'invoquer la Loi sur les urgences."

Mme Bergen a utilisé les mots "désinformation" et "mauvaise information" à plusieurs reprises pendant ses questions à M. Trudeau, des mots qu'il utilise lui-même souvent pour contrer les attaques des conservateurs ou pour justifier la nécessité de réglementer davantage l'information.

"Les blocages illégaux dans nos villes et dans nos ports représentaient une menace pour les emplois canadiens, pour le commerce et pour notre démocratie. La police nous a dit qu'elle avait besoin d'outils supplémentaires pour lever les blocages", a répondu M. Trudeau.

Le premier ministre a déclaré que l'enquête portera sur les circonstances qui ont conduit à invoquer la loi et les mesures prises, mais il a laissé entendre qu'elle se pencherait également sur l'implication du Parti conservateur.

"Je sais que le chef intérimaire du Parti conservateur, ainsi que les membres du Parti conservateur, ne veulent peut-être pas que la lumière soit faite sur ces événements étant donné leur soutien à ces blocus, mais les Canadiens veulent connaître la vérité", a-t-il dit.

M. Bergen a fait allusion aux commentaires faits par le commissaire de la GRC et le chef intérimaire du Service de police d'Ottawa (SPO) lors de témoignages devant des comités parlementaires ces derniers jours.

Le chef intérimaire du SPO, Steve Bell, a déclaré le 17 mai qu'il n'avait pas fait de "demande directe" au gouvernement fédéral pour invoquer la loi. La commissaire de la GRC, Brenda Lucki, a déclaré le 10 mai qu'elle n'avait ni conseillé ni demandé d'invoquer la loi.

Mme Lucki a également déclaré que les pouvoirs accordés par la déclaration d'urgence n'étaient pas nécessaires pour lever les barrages frontaliers qui ont surgi dans tout le pays en solidarité avec la manifestation organisée par les camionneurs à Ottawa pour demander la levée des restrictions COVID-19.

Le gouvernement libéral a invoqué la Loi sur les urgences le 14 février pour mettre fin aux manifestations et aux blocages. Le blocus en Colombie-Britannique a été levé par la GRC le 14 février et les blocus en Alberta et au Manitoba ont été abandonnés volontairement par les manifestants les 15 et 16 février respectivement.

Des mesures d'urgence telles que la désignation d'une zone d'interdiction de manifester, l'obligation pour les entreprises de remorquage d'enlever les véhicules et le gel des comptes financiers des manifestants ont été utilisées contre les manifestants d'Ottawa la fin de semaine du 18 février.

La loi a été révoquée le 23 février, deux jours après que les libéraux aient soumis l'invocation de la loi à un vote de confiance à la Chambre des communes.

Source

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article