Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie Claire Tellier

Ce blogue est surtout fait à partir de traduction d'articles ou de sites qui sont censurés par les grands réseaux. Je consacre plusieurs heures par jour à lire des dizaines d'articles pour vous proposer les plus intéressants selon moi. Je mets toujours tous les liens. Les articles explorent différents points de vues qui ne sont pas nécessairement les miens. Je vous laisse seul juge. Les articles peuvent contenir des déclarations qui reflètent l’opinion de l’auteur.

Le débat de Steve Kirsch sur l'existence du virus

Le débat de Steve Kirsch sur l'existence du virus

Par Jon Rappoport

Traduction MCT

Laissez-moi être clair. Je parle ici pour moi-même, en tant que journaliste qui affirme que le SRAS-CoV-2 n'existe pas. Je ne parle pas au nom d'Andrew Kaufman, de Stefan Lanka, de Tom Cowan, de Christine Massey, de Sam Bailey, ou de quiconque est arrivé à la même conclusion.

OK. Steve Kirsch présente le débat de cette façon : Il y a un ensemble de faits sur le C0VID que vous pouvez mettre sur la table (voir aussi ici) . Ensuite, vous décidez quelle hypothèse explique le mieux ces faits.

Dans son cas, il choisit : "Le SRAS-CoV-2 existe."

Cette approche est une erreur élémentaire.

Je ne conteste aucune hypothèse. Je m'attaque à une procédure de laboratoire directe.

Mon attaque est du niveau de : "Vous avez versé le liquide du bécher A dans le bécher B. Faux. Vous auriez dû le verser dans le bécher C."

Les virologues utilisent une procédure de laboratoire pour découvrir un virus qu'ils n'ont jamais vu auparavant. Ils affirment que cette procédure isole le virus de tout ce qui l'entoure dans une soupe qu'ils créent. Je dis que leur procédure ne produit pas du tout ce résultat. Point final.

Je dis qu'il n'y a pas d'isolement.

C'est tout en un mot.

Les discussions sur les hypothèses sont tout à fait hors sujet.

Mais je vais écrire quelques mots à ce sujet, juste pour mettre les choses au clair.

Si un vrai scientifique mettait sur la table toute une série de faits, il procéderait ensuite à un examen approfondi de chacun d'entre eux, pour s'assurer qu'il s'agit bien d'un fait réel. Une fois satisfait, il pourrait s'asseoir, réfléchir et se demander : "Quelle hypothèse expliquerait ces faits ?"

Disons qu'il en trouve une. Ce n'est que le début de la vraie science. Pourquoi ? Parce que la seule valeur scientifique d'une hypothèse est sa capacité à PRÉDIRE.

Et par cela, je veux dire, FAIRE UNE PRÉDICTION SPÉCIFIQUE ET TRÈS UTILE QUI PEUT ETRE VÉRIFIÉE OU REFUSÉE PAR UNE EXPÉRIMENTATION RÉELLE.

Prétendre qu'une hypothèse qui explique un ensemble de faits est une raison de faire sauter les bouchons de champagne témoigne d'une grave méconnaissance de ce qu'est la science.

L'organisation d'un débat sur cette base serait futile, non pertinente et une perte de temps.

Enfin, pour l'instant, la réalisation d'un débat sur vidéo peut transmettre des informations utiles aux téléspectateurs, mais il y a une raison pour laquelle les revues médicales et scientifiques s'obstinent à présenter les études comme des mots sur la page - au lieu de demander aux auteurs de se déguiser et de décrire leur travail devant une caméra.

Les mots sur la page sont bien meilleurs.

Ils permettent à d'autres scientifiques, journalistes et civils d'examiner très attentivement une étude, phrase par phrase. Ils permettent à d'autres scientifiques de REPRODUIRE le travail des auteurs, afin de découvrir si les résultats et les conclusions sont valables.

Bien sûr, dans ce "monde qui bouge vite, où les gens sont en mouvement et mènent un style de vie actif", nous devrions peut-être adopter le "plus facile et plus rapide" comme mode de décision scientifique.

"OK, Fred, les caméras sont-elles installées, sommes-nous prêts à tourner ? Tous les débatteurs sont-ils en ligne ? Avez-vous mis en place l'écran de vote, pour que les téléspectateurs puissent voter et décider ce qui est scientifique et ce qui ne l'est pas lorsque nous aurons terminé ?"

J'en ai le souffle coupé.

D'un autre côté, si nous avons "un panel d'experts indépendants" pour prendre cette décision, nous pouvons les louer, à l'avenir, au New England Journal et au Lancet. Oui, un panel itinérant faisant toutes sortes de jugements. Ils pimenteront la science, qui a cruellement besoin d'un mélodrame instantané et d'un succès commercial.

Bon sang, faisons de ce débat un jeu télévisé.

"Super idée, Jim. Quelques grands mannequins en bikini qui se promènent avec de grandes pancartes, et un animateur comme, oh, Chris Wallace ou ce type qui parle toujours de parier un million de dollars. C'est quoi son nom ? Kirsch. Steve Kirsch."

Stevie, bébé, personne ne se soucie de ton argent. Personne ne se soucie de ton million de dollars.

Source

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article