Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie Claire Tellier

Ce blogue est surtout fait à partir de traduction d'articles ou de sites qui sont censurés par les grands réseaux. Je consacre plusieurs heures par jour à lire des dizaines d'articles pour vous proposer les plus intéressants selon moi. Je mets toujours tous les liens. Les articles explorent différents points de vues qui ne sont pas nécessairement les miens. Je vous laisse seul juge. Les articles peuvent contenir des déclarations qui reflètent l’opinion de l’auteur.

Psychologie du totalitarisme

Psychologie du totalitarisme

Par Dr. Joseph Sansone

Traduction MCT

The Psychology of Totalitarianism est un livre écrit par le professeur de psychologie de l'université de Gand en Belgique, le Dr Mattias Desmet. Dans son livre, il illustre ses concepts de psychose de formation de masse qui a conduit au comportement irrationnel des masses en réponse à C0vid au cours des deux dernières années et demie. Port de masques, confinement, vaccination forcée, refus de soins de santé aux personnes non vaccinées, port de masques dans la voiture lorsqu'on est seul, poursuite des rappels alors que la sécurité et l'efficacité sont remises en question, etc.

Un aspect rafraîchissant de ce livre est qu'il sape l'autorité scientifique, ce qui paradoxalement renforce la science. Plus précisément, il cite les travaux du légendaire Dr John Ioannidis, épidémiologiste et professeur de médecine à l'université de Stanford, et ses recherches affirmant que la plupart des recherches médicales ne peuvent être reproduites. Que ce soit à cause de la partialité des chercheurs ou de la fraude pure et simple, la plupart des recherches publiées ne sont tout simplement pas valables.

Je dis que cela améliore la science lorsque Desmet le souligne, car cela sape l'hypothèse de l'autorité scientifique. La science est censée être une recherche ouverte de la vérité qui est intrinsèquement autocorrective. Dès lors que la science revendique le rôle d'autorité et cherche à limiter la discussion, elle n'est plus de la science. La censure et la science ne peuvent coexister. En fait, l'utilisation de l'"autorité" pour étayer un argument est l'un des quatre sophismes logiques de base enseignés dans les cours de recherche scientifique de base. Les autres sont l'attaque du messager, c'est-à-dire que l'argument est imparfait parce que le messager est imparfait, la fausse dichotomie et le fait de supposer qu'une relation temporelle signifie automatiquement une causalité.

Essentiellement, l'isolement des personnes, ou comme Desmet l'appelle, l'atomisation des personnes, la coupure des liens sociétaux généraux principalement due à la technologie, conduit à un manque de sens, à une anxiété et une frustration flottantes sans cause tangible. L'introduction d'une menace perçue, en particulier "l'ennemi invisible" du virus, galvanise les gens dans un nouveau groupe pour combattre cet ennemi commun. Ainsi, la formation en masse d'une identité de groupe. L'introduction de comportements ritualisés tels que le port de masques, le fait de marcher à six pieds l'un de l'autre, de suivre les files d'attente dans les magasins, renforce la nouvelle identité de groupe de type culte. Cela désintègre toute pensée critique et une obéissance aveugle s'ensuit. En fait, nous nous retrouvons avec une sorte d'hypnose de groupe. Environ un tiers des personnes sont en transe, un tiers suit le mouvement par pression, et un tiers est éveillé et résiste totalement.

En tant que psychothérapeute spécialisé dans l'hypnose clinique, j'aimerais apporter quelques précisions. Premièrement, bien sûr, et Desmet le souligne, ce type d'obéissance aveugle ne se produit pas en hypnose clinique car le sujet sait qu'il est hypnotisé et sait pourquoi. En fait, le lavage de cerveau de groupe est peut-être un meilleur terme pour décrire ce qui se passe, mais cela peut paraître dur. Les comportements ritualisés mentionnés ci-dessus, tels que le port du masque, sont, comme il le mentionne, conçus pour renforcer l'allégeance aveugle au groupe et l'acceptation dans le nouveau groupe. Ce sont également des techniques de conviction et d'approfondissement de la transe.  

Il existe quelques études de psychologie sociale qui s'appliquent réellement à la situation actuelle en Amérique et dans le monde en général. Desmet mentionne les études d'Asch sur la conformité. Dans ces études, il y avait une ligne sur le tableau et trois autres lignes séparées et le sujet était censé dire laquelle correspondait à la ligne originale en longueur. La ligne correspondante était évidente. Le problème était qu'il y avait 12 confédérés dans l'étude qui énonçaient tous la même ligne incorrecte. Le participant a déclaré la ligne incorrecte dans un tiers des cas et a attribué cela après coup à la pression sociale et, pour certains participants, ils ont même commencé à douter de leurs propres cognitions. Il est intéressant de noter que, dans cette étude, lorsqu'un autre confédéré énonçait la ligne correcte, le participant énonçait également la ligne correcte dans 95 % des cas.

Une autre étude classique digne d'être mentionnée est l'étude de Milgram sur l'obéissance. Milgram tentait de comprendre les atrocités commises pendant la Seconde Guerre mondiale, notamment en ce qui concerne l'expérimentation humaine et les conclusions des procès de Nuremberg. Cette étude a également utilisé des confédérés. Dans ce cas, les participants étaient informés que l'étude portait sur l'apprentissage et l'apprenant (un confédéré) était attaché à des électrodes. Le participant jouait le rôle de professeur et donnait des chocs électriques lorsque le participant répondait mal. Ces chocs allaient de léger (15 volts) à danger/sévère (375 volts) et XXX (450 volts). L'expérimentateur (un autre confédéré) portait une blouse grise et indiquait au participant quand administrer une décharge électrique. Étonnamment, 65 % des participants ont tourné le cadran jusqu'à 450 volts lorsque l'expérimentateur le leur a ordonné.  

Les expériences de Milgram sont très inquiétantes. Pensez aux forces de l'ordre et aux membres de l'armée lorsqu'ils reçoivent l'ordre de forcer les masques, les quarantaines et les vaccinations. Ces employés du gouvernement ont reçu des années d'endoctrinement et risquent de perdre leur pension s'ils n'obéissent pas.

Dans The Psychology of Totalitarianism, l'auteur présente une analyse détaillée du totalitarisme. Il fait la différence entre un dictateur typique qui gouverne par la peur et se relâche souvent une fois au pouvoir pour conserver son soutien et le totalitaire qui est aveuglé par sa propre idéologie. L'analyse de la formation de masse qui s'est produite sous Hitler et Staline est précise et Desmet souligne que le leader maniaque n'est pas nécessaire pour le totalitarisme et que le totalitarisme mondial actuel est mené via la technocratie et sa pseudo-science aidée par la technologie. L'aspect sectaire des adeptes et des dirigeants est souligné.

Desmet, comme d'autres avant lui, souligne que ces systèmes totalitaires finissent par s'effondrer par leur propre poids. Le problème est que cela peut prendre des décennies et que des milliards de personnes peuvent être assassinées d'ici là. Il semble minimiser l'aspect psychopathe des totalitaires dans une certaine mesure, ce sur quoi je ne suis pas entièrement d'accord, comme le révéleront de futurs articles. Selon Desmet, l'idéologie d'un univers mécaniste conduit à la formation de masse qui conduit à des systèmes totalitaires.

Je ne suis pas non plus totalement d'accord sur ce point. Parfois, cela peut se passer de cette façon. Cette fois-ci, il semble que les totalitaires, qui croient en leur idéologie selon laquelle la planète ne peut pas supporter une population humaine croissante, ont créé la psychose de la formation de masse.

Ce livre vaut vraiment la peine d'être lu. Vous voudrez peut-être en acheter un exemplaire pour les amis et les membres de votre famille qui se sont fait avoir. Aussi troublante que soit l'étude de Milgram mentionnée ci-dessus, le bon côté de l'étude d'Asch est qu'une fois que l'on est exposé à la vérité, il est possible d'être libéré de l'esclavage intellectuel.  

C'est l'une des raisons pour lesquelles il existe une pression mondiale flagrante en faveur de la censure.

Source

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article